Qui a fondé la ville de Barcelone ?

2

La Ciutat Vella est l’un des dix quartiers de Barcelone. Il s’agit du district 1 et borde Sants-Montjuïc au sud, l’Eixample à l’ouest, Sant Martí au nord et la mer Méditerranée à l’est. Il correspond géographiquement au centre historique de la ville. L’extension actuelle du quartier correspond approximativement à une compression à l’intérieur des murs entre le XIVe et le XIXe siècle, à l’exception du quartier de la Barceloneta, qui a été laissé de côté.

A voir aussi : Pourquoi choisir Dinard pour passer vos vacances ?

L’histoire du quartier de Ciutat Vella est celle des débuts de la ville de Barcelone, tandis que le quartier délimite géographiquement le centre historique de la ville. L’histoire d’une ville qui a vécu fortifiée jusqu’en 1859 et qui est aujourd’hui le territoire qui reste entouré par l’avenue del Paral • lel, les ronds-points, la rue Pelai, le Passeig de Lluís Companys et le parc de la Citadelle. Ciutat Vella se compose de quatre grands quartiers qui sont chéris par de nombreux autres, historiques, avec leur propre personnalité. et l’homogénéité.

A lire aussi : Quelle ville font partie de la Catalogne ?

Au sud, on trouve la Barceloneta, le quartier le plus jeune, créé au milieu du XVIIIe siècle avec l’excuse de déplacer les déplacés de La Ribera pour la construction de la Citadelle ; à l’ouest, le Raval, né de routes rurales hors des murs de la ville, berceau de l’industrie révolution du XIXe siècle ; au centre, le quartier gothique, la plus ancienne manifestation urbaine de Barcelone, et à l’est, Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera, l’extension médiévale de la ville.

Le territoire urbain de Ciutat Vella est un grand cadre de tensions et de conflits structurels, relationnels et sociaux. Les relations existantes ne sont pas comprises sans lier la contribution du passé aux actions du présent. Le long séjour de Ciutat Vella dans les murs a formé une réalité de ventilation et de perspectives minimales. Une fois libéré de cette ceinture physique et psychologique, il a été soumis à des processus de une dégradation permanente jusqu’à la seconde moitié des années 1970, lorsque le développementalisme a été épuisé et que le modèle municipal autoritaire a cédé la place au processus de démocratisation de la société.

La combinaison de ces deux derniers facteurs a consolidé les fondements d’une politique de régénération urbaine menée à Ciutat Vella au cours des dernières décennies, au cours de laquelle les anciennes opérations de démolition et de remplacement systématiques ont évolué en interventions de conservation et de réhabilitation.

Histoire La Barcelone actuelle est le résultat de l’annexion des anciennes communes du Plan de Barcelone : Les Corts de Sarrià, Sarrià, Vallvidrera, Sant Gervasi de Cassoles, Santa Maria de Sants, Gràcia, Sant Andreu de Palomar, Sant Martí de Provençals et Horta. L’ancienne municipalité de Barcelone occupait ce qui est aujourd’hui la Ciutat Vella et l’Eixample, puisque cette dernière n’avait pas de centre de population, la vieille Barcelone est située dans ce qui est aujourd’hui le quartier de Ciutat Vella, fermé du premier Mur romain jusqu’au dernier, qui date du XIVe siècle et a été démoli en 1854.

L’histoire du quartier commence avec la fondation de la ville de Barcelone sur le mont Tàber. Les Romains ont choisi une petite colline entre deux ruisseaux, le Cagalell ou le Collserola (où se trouve aujourd’hui la Rambla) et la Jonqueres ou Merdançà (où se trouve aujourd’hui la Via Laietana). C’est à cet endroit que la Colonia Iulia Augusta Paterna Fauentia Barcino a été fondée, ou simplement Bàrcino, en remplacement de l’ancienne colonie romaine de Montjuïc que l’on pense être dans le quartier que nous appelons aujourd’hui la Marina de Port et qui a été abandonnée en raison des alluvions causées par le Llobregat et cela a empêché l’utilisation du port.

Jusqu’au XIIe siècle, la vieille Barcelone vivait enfermée dans le périmètre de la muraille romaine du IVe siècle, qui, bien qu’elle ait été partiellement reconstruite par les premiers comtes de Barcelone, ce n’est qu’au XIIe siècle qu’elle a grandi, le siècle suivant, afin de protéger les quartiers qui s’étaient formés autour des routes d’entrée de la ville, à la périphérie des remparts, appelés vilanoves. Certains d’entre eux étaient La Bòria, Sant Pere de les Puel • les et Vilanova de Mar. Cette dernière s’est développée autour de l’église Santa Maria de las Arenas, aujourd’hui plus connue sous le nom de Santa Maria del Mar. À l’ouest, une autre vilanova s’est également formée autour de la collégiale de Santa Anna, où se trouve actuellement la Rambla .

District Le quartier de Ciutat Vella est délimité par le périmètre de l’ancien rempart de la ville et correspond géographiquement au centre historique de Barcelone. Ciutat Vella est le premier quartier de Barcelone, l’embryon de la ville. Par conséquent, parler de Ciutat Vella, c’est parler de l’histoire de la ville depuis ses débuts. Le quartier est bordé à l’ouest par l’Eixample, à l’est par la mer Méditerranée, au nord par Sant Martí et au sud par Sants-Montjuïc. Ciutat Vella se compose de quatre quartiers, chacun avec sa propre particularité. Au sud se trouve la Barceloneta ; à l’ouest, le Raval ; au centre, le gothique et à l’est, Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera. Ciutat Vella est un quartier qui offre tout : culture, patrimoine, histoire, quartier et divertissement.

Le quartier de la Barceloneta Au sud, on trouve le quartier maritime de Barcelone et le plus jeune quartier de la Ciutat Vella, la Barceloneta.

Le quartier était basé sur des terres acquises de la mer depuis le XVe siècle, lorsque le brise-lames du port a été construit (1474) et une lente sédimentation des sols et des sables a été générée à partir du Besòs et de la côte adjacente autour de l’île de Maians, située à peu près à l’endroit où se trouvent les installations de la Gare de La France le fait. Le précédent le plus immédiat pour la construction du quartier est le projet du capitaine général Marquis de Castel-Rodrigo, qui, le 3 octobre 1718, a décidé de créer le quartier de La Playa, afin de abritent les citoyens qui avaient assisté à la démolition de leurs maisons à l’occasion de la construction de la citadelle de La Ribera. Ce projet a été commandé par l’ingénieur militaire Prospero Verboom.

L’ingénieur militaire Juan Martín Cermeño, à l’initiative du capitaine général Marquis de La Mina, a commencé, en 1749, un nouveau projet définitif qui répondait de manière modélisée à un ensemble complexe de besoins : mettre fin à la désorganisation des bâtiments de l’Arenal et faire face à la pénurie de logements dans le Mur de Barcelone, anticiper l’inadéquation du port médiéval et de ses installations et avoir également un contrôle militaire de la population installé sur un site d’une position stratégique imbattable. Deuxièmement, la nécessité de construire le nouveau quartier en compensation de la démolition des maisons de La Ribera est mentionnée.

Le projet envisageait une vaste urbanisation octogonale, composée de quinze rues parallèles au port, de 7,5 mètres de large, traversées par trois autres sections transversales de 9,3 mètres. Les maisons, avec un rez-de-chaussée et un premier étage, destinées en principe à une seule famille et possédées, étaient uniformes en termes de dimensions (8,4 sur 8,4 mètres), de matériaux, de distribution et de décoration extérieure. Ils étaient alignés sur des îlots rectangulaires extrêmement allongés et étroits. La construction de la Barceloneta a été considérée comme l’un des meilleurs exemples d’urbanisme baroque péninsulaire. La volonté de lutter contre le caractère naturel insalubre de ces terres et de les rendre habitables était présente lorsque l’ensoleillement total des rues à la hauteur minimale des maisons a été assuré, et par le fait que l’étroitesse des îlots de maisons rectangulaires,

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les activités des habitants de la Barceloneta étaient principalement liées à la mer : pêche, activités portuaires, construction de voiliers et fabrication et vente d’équipements. En 1846, la mairie de Barcelone a interdit l’installation de nouvelles industries avec des machines à vapeur à l’intérieur de l’enceinte murée. La plupart des villes existantes et nouvellement créées ont été construites dans les villes les plus proches, hors des murs : Sants, Poblenou et Barceloneta. C’est alors que l’industrialisation a commencé à pénétrer le quartier. La proximité du port, qui a facilité le chargement de machines lourdes et le déchargement des matières premières, de l’espace de construction, et depuis 1848 de la station de Mataró sous le Portal de Mar, sont des éléments que les industriels ont pris en compte.

Avec l’installation du premier gazomètre (1840), qui avait obtenu la concession de l’éclairage urbain, la deuxième spécialisation industrielle est née à Barceloneta : la production de gaz. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, l’établissement d’importantes industries métallurgiques (les ateliers Alexander en 1845, le Land and Maritime Machinist en 1855) a confirmé le processus entamé. À la fin du XIXe siècle, les spécialisations de l’industrie de la Barceloneta étaient bien définies : métallurgie, gaz et construction navale. À partir des années 20 du XXe siècle, le processus de disparition des grands établissements industriels du district, causé par des facteurs tels que la concurrence accrue et le manque de capitaux pour générer de l’expansion. Les entreprises qui y sont restées ont fait l’objet de destructions et de nouvelles formes d’organisation (collectivisations) pendant la guerre civile de 1936-1939. Puis ils ont lentement accéléré le rythme.

Dès le milieu du XXe siècle, d’autres secteurs industriels ont vu le jour dans le district. Il s’agit notamment d’ateliers de menuiserie, de construction de meubles et de presses à imprimer, de petites usines chimiques, d’ateliers de bijouterie et d’horlogerie, d’ateliers de confection, etc. Les grands navires ont été remplacés par de petits ateliers où se développent les spécialités les plus diverses : constructions métalliques, machines électriques mécanique ou réparation de voitures, de radios ou de téléviseurs. Ces changements sont dus à des causes telles que l’utilisation de logements pour un quartier nécessaire par une ville en croissance, et en raison de la forte densité ne pouvait fournir que la petite superficie du sous-sol des maisons dans une industrie encore urbaine et peu investie.

Depuis la démolition des remparts de Barcelone et en particulier avec la création de deux lignes de tramway reliant le centre-ville aux thermes, la Barceloneta industrielle et portuaire a également été transformée en station thermale de la ville. C’est à partir de là qu’a commencé la tertiarisation manifeste des services à la fin du XXe siècle (hôtels, loisirs, etc.).

Quartier Gothique Au centre se trouve le quartier où est née la ville de Barcelone, le gothique.

Le quartier gothique est la partie la plus ancienne de la ville et de son centre historique, et c’est là que se trouvent la plupart des bâtiments historiques et des rues de la ville. Au fil des siècles, il a assumé le rôle de centre de la représentation politique et institutionnelle. Le quartier gothique est composé, en même temps, de différents quartiers historiques qui conservent leur personnalité propre : l’Appel, Sant Just i Pastor, Santa Maria del Pi, la cathédrale, Santa Anna, La Mercè et le Palau.

Les axes d’urbanisation historiques du quartier correspondent au chardon romain et au decumanus dans la partie la plus haute de l’ancien mont Tàber (Plaça de Sant Jaume).

La structure du quartier est restée intacte jusqu’au XIXe siècle, bien que la morphologie interne ait radicalement changé au cours du XVIIIe siècle en raison de la grande densification qu’il subit ; les grandes maisons ont été subdivisées en services irréguliers et manquants, toutes les parcelles ont été exploitées, les vergers qui qui existaient encore ont été enlevées, des pièces mal éclairées et mal ventilées ont été créées et de vieilles maisons ont été démolies pour en construire de nouvelles avec une augmentation disproportionnée de la hauteur. Le XIXe siècle sera l’une des grandes transformations de la structure et de la morphologie du gothique. La transformation des cimetières paroissiaux en places publiques, la vidange de grands bâtiments avec le changement de utilisation,

La valeur patrimoniale que représente le quartier, la variété et les différences des autres quartiers qui le composent, et donc la complexité des processus urbains qui s’y déroulent, l’ont amené à se spécialiser dans le secteur des services et est devenu le centre commercial le plus important de Barcelone et la Catalogne.

Le quartier du Raval À l’ouest, nous trouvons le quartier le plus culturel de toute l’Europe, le Raval.

Avant le XIVe siècle, le quartier du Raval n’était qu’un champ ouvert avec des terres cultivées qui recouvraient la ville de Barcelone. Dans la Barcelone romaine, il y avait des routes locales qui dessinaient les contours du quartier plus tard. Le monastère de Sant Pau del Camp a été le premier noyau important du Raval, avant le Xe siècle, autour duquel se trouvait une petite ville médiévale reliée au monastère. La croissance de Barcelone a façonné le Raval dans l’espace qui prend la forme d’un diamant entre la deuxième ceinture de murs (Jacques Ier dans 1268, la Rambla) et la troisième et dernière ceinture (Pere el Cerimoniós, 1348, les ronds et l’avenue du parallèle).

Le Raval était situé le long des routes principales : le Portal dels Tallers, par lequel les agriculteurs entraient en marchandises pour approvisionner Barcelone ; le Portal de Sant Antoni, l’accès le plus important de la ville, et la Porta de Santa Madrona, à côté des Drassanes, la seule qui reste debout. La ville de Barcelone a été noyée par les murs de Jacques Ier, et Pierre le Cérémonieux a décidé de fabriquer la troisième ceinture fortifiée. Les attentes en matière de croissance urbaine devaient être garanties. Il y avait la tendance générale de nombreuses villes de l’époque à encercler entre les murs des terres suffisantes pour assurer la subsistance des habitants en temps de guerre et de siège. Une autre raison était de localiser les établissements, services et activités les plus gênants ou non recommandés en dehors du centre-ville. Mais toutes les attentes concernant la croissance de la ville ont été déçues. À la fin du 14 et au début XVe siècle, en raison de difficultés économiques (le commerce maritime s’est déplacé vers l’Atlantique),

Entre le XVe siècle et la confiscation de Mendizábal en 1837, le Raval est devenu une « terre de couvents ». Les vastes terres à construire ont donné lieu à l’installation d’ordres religieux dans le cadre de la contre-réforme promue par le Concile de Trente (1543-1563).

Au début du XVIIIe siècle, les industries commencent à s’installer au milieu des vergers, des couvents et des maisons d’entreprises. L’interdiction d’importer des tissus imprimés en 1718 a favorisé l’émergence de la fabrication. Entre 1770 et 1840, l’industrialisation définitive du quartier du Raval a eu lieu. À partir de la seconde moitié des années 1700, de nouvelles rues ont commencé à apparaître avec des usines et des logements pour les travailleurs. Les maisons de la corporation ont disparu ou ont été subdivisées en de nombreuses maisons louées pour accueillir les nombreux paysans fuyant la famine à la campagne (crise agricole de 1765-1766). Le Les ouvriers de l’usine sont restés dans le Raval, près du travail. Ce quartier est devenu le plus dense d’Europe et a été utilisé pour le dernier mètre carré constructible.

Les journées de travail étaient de douze heures (de cinq heures du matin à huit heures du soir). En 1829, selon le registre des fabricants, il y avait 74 fabricants de textiles, 2443 métiers à tisser et 657 machines à filer dans le Raval. L’usine Bonaplata se distingue, située dans la Carrer dels Tallers. Il comptait entre 600 et 700 travailleurs et a été le premier à se défouler. Le point culminant de tout ce processus a été l’installation connue sous le nom de « maison de l’usine », où les installations de l’usine, la représentation institutionnelle et la résidence du fabricant ont coïncidé. C’est le cas de l’Espagne industrielle, en 1839, dans la rue de la Riereta. Le Raval était le seul endroit à l’intérieur des murs où de grands bâtiments pouvaient être construits, car il n’était pas attrayant de le faire à l’extérieur en raison de l’instabilité politique (carlisme et banditisme). En outre,

Le maintien de la basse température les salaires, les longues heures de travail, la fermeture des usines en guise de démonstration de force pour les industriels, la suppression de la soupe de charité et la persécution des associations ouvrières font exploser le 2 juillet 1855. association et la journée de travail de 10 heures. Les révoltes ouvrières contre la mécanisation moderne et diverses épidémies de choléra ont conduit à la décision de démolir les murs en 1859 et de permettre l’expansion urbaine et industrielle en dehors d’un noyau urbain malsain qui pourrait être facilement contrôlé par un mouvement ouvrier qu’il commençait à organiser. L’exode des entreprises vers le plan de Barcelone a commencé au début des années 1960.

Une longue liste de fabricants a quitté le quartier en suivant les théories hygiéniques d’Ildefons Cerdà. Dans le nouveau modèle de ville, le Raval occupait une situation périphérique en tant que quartier résidentiel ouvrier. Au début du XXe siècle, la composition sociale de la classe ouvrière a continué d’être éminemment ouvrière. Les mouvements du quartier ont atteint une importance qui dépasse ses frontières. En 1870, le premier Congrès des travailleurs espagnols a eu lieu ; en 1871, le principal syndicat catalan de l’époque, textile, a rejoint la Première Internationale, et en 1888, la rue a annoncé des ateliers pour rassembler tous les délégués de l’Espagne pour fonder l’UGT dans le même district. Les mouvements du quartier ont atteint une importance qui dépasse ses frontières.

Le Raval devient de plus en plus un quartier résidentiel pour les classes ayant moins de pouvoir d’achat, parmi lesquelles les immigrés (Expositions mondiales de 1888 et 1929) occupent une place prépondérante. Cette extraction prolétarienne a joué un rôle important durant la semaine tragique.

La surpopulation humaine, un réseau routier étroit et sinueux, la proximité du port et l’affectation de nombreux bâtiments aux bars, théâtres et maisons de tolérance ont fini par former une zone au sud du Raval que, vers 1925, le journaliste Àngel Marsà l’a baptisée Barri Xinès. La destruction de la guerre et la misère d’après-guerre ont considérablement endommagé la vie nocturne du quartier, ce qui a mis fin au décret de fermeture des maisons closes en 1956.

Les premières voix appelant à l’amélioration du quartier se sont élevées dans les années trente, sous la Seconde République (1931-1936), avec les propositions des architectes du GATCPAC. Le plan Macià a apporté des solutions rationalistes et intégrées aux problèmes du quartier. Mais d’abord, la guerre civile espagnole, puis la longue dictature de Franco, ont condamné le Raval à une dégradation urbaine et sociale encore plus grande. Au cours des années 80, l’administration a promu une politique résolue de réforme et de réhabilitation du logement, en ouvrant des espaces et en créant des installations pour la communauté, ce qui a laissé le nom de Chinatown en arrière-plan, et la dénomination historique du Raval a été récupérée.

Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera À l’est se trouve la zone médiévale de la ville, le quartier de Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera.

Sant Pere et Santa Caterina sont deux quartiers qui conservent encore leur structure médiévale. Les rues étroites, sinueuses et entrelacées entretiennent une activité ancrée dans ses origines : le travail du textile, aujourd’hui transformé en activité commerciale. Sant Pere, Santa Caterina et Sant Agustí sont des noms liés aux grandes institutions religieuses qui existaient dans la région. Aujourd’hui, il ne reste que le témoignage de l’église de Sant Pere de les Puelles. Au sud, plus près de la mer, se trouve le quartier de Ribera, anciennement Vilanova del Mar, présidé par la basilique de Santa Maria del Mar, centre de la vie majestueuse de la ville du XIIIe au XIVe siècle.

Ces quartiers ont été créés à partir du moment où Barcelone avait besoin de s’étendre en dehors de l’enceinte romaine. À partir du XIe siècle, autour des monastères de Sant Pere de Puelles et de Santa Maria del Mar, qui exerçaient une domination féodale sur les terres environnantes, et le long du Rec Comtal, le nouveau réseau urbain a été formé. Ces quartiers n’étaient rien d’autre que la banlieue de la Barcelone romaine dans la partie orientale de la ville, qui formait un conglomérat de quartiers qui s’est développé jusqu’à ce que les murs les arrêtent. Les nouvelles routes des branches de la ville romaine ont commencé à se peupler, et le canal Comtal, un important ruisseau qui entrait dans le Vieux Barcelone par le fleuve Besòs, a été un centre d’attraction pour les industries textiles de la révolution préindustrielle, qui y ont été installées.

À l’extrémité sud, la tradition maritime du quartier et de la Ribera formait une unité datant du Xe siècle, dans laquelle se trouvait déjà un noyau habité à l’extérieur des murs près de la plage autour d’une église appelée Santa Maria de les Arenas (aujourd’hui Santa Maria del Mar). Avec la splendeur du commerce maritime au XIIIe siècle, à l’époque de Jacques Ier, le noyau se consolide et la plupart des métiers de la ville y sont concentrés, comme en témoigne la toponymie (Etaseria, Mirallers, Needles, Esparteria, chapeaux, abaissements, cagoules, etc.) et certains services de base des infrastructures urbaines (abattoirs, moulins, etc., teintures, etc.). La splendeur de ce quartier a duré jusqu’au déclin du trafic commercial en Méditerranée au XVIe siècle.

Le bâtiment médiéval a été remplacé tout au long de la seconde moitié du XVIIIe siècle, lorsque des usines de tissus se sont installées dans les rues de la région et que cette expansion a créé une nouvelle demande de main-d’œuvre et de logement. Au fil du temps, la croissance démographique de la région a atteint des extrêmes incroyables et a été à l’origine de plus d’une épidémie. La confiscation de 1835 n’a pas permis de libérer des terres à des fins sociales, mais de créer des maisons d’usine. Exceptionnellement, le marché de Santa Caterina a été créé en 1848, aujourd’hui entièrement rénové par l’équipe de l’architecte Enric Miralles. La démolition des murs et la construction de l’Eixample ont influencé la prolétarisation du quartier au XIXe siècle.

Cela signifiait un resserrement de la quartier avec la présence d’usines textiles, qui progressivement, faute d’espace, se sont déplacées vers le Raval ou à l’extérieur des murs. La création de l’Eixample, comme dans d’autres villes d’Europe, a donné lieu à un processus de remplacement des habitants de la vieille ville appartenant à la classe aisée par des immigrés occupant des logements subdivisés, avec un manque évident de services essentiels qui, au fil du temps, se sont considérablement détériorés. De nombreuses maisons nobles ont été divisées pour que les ouvriers puissent y vivre, avec des conditions de vie remarquables dans l’appauvrissement. La rue de la Princesa a été ouverte en 1835 (elle a été déplacée de la Plaça Nova à la Carrer del Comerç) dans le but d’oxygéner la région. Les quartiers actuels de Sant Pere et de Santa Caterina ont été définitivement séparés, de manière transversale,

Au cours de la semaine tragique de juillet 1909, de nombreux édifices religieux ont été incendiés en guise de protestation populaire et reflet des mauvaises conditions de vie dans le quartier. La mauvaise situation sanitaire en 1914, entre les districts de Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera, 310 décès dus au typhus, soit 5 % de tous les décès à Barcelone.

Au cours de la première décennie du XXe siècle, il y a eu un événement majeur, le plan urbain qui a conduit à la construction de la Via Laietana ; 2 199 maisons ont été démolies et 82 rues ont disparu complètement ou partiellement avec le coût social que cela entraînait. La Via Laietana signifiait la fragmentation de l’unité urbaine du centre historique en deux moitiés distinctes : d’une part, le quartier gothique et, d’autre part, les quartiers de Sant Pere, Santa Caterina et La Ribera.

La proximité de la gare de France et du port a attiré la plupart des gens qui sont arrivés à Barcelone pour les œuvres générées par l’Exposition universelle de 1929 et les travaux du métro. En 1945, 32,3 % des habitants du quartier étaient des immigrants. La présence de délocalisations a été abondante et le district est devenu l’un des plus denses urbains régions d’Europe. Les conditions de logement dans le quartier étaient les pires de Barcelone. Les bidonvilles verticaux et horizontaux étaient monnaie courante, et la surpopulation n’a commencé à diminuer qu’à la fin des années 1960. L’éponge préconisée par l’Administration — axe de l’avenue de Cambó — dans les années 80, avec les plans de réforme intérieurs, cherchait à équilibrer l’ancien tissu urbain,

D’autre part, La Ribera connaît aujourd’hui un renouveau en tant qu’espace de loisirs découvert par des artistes indépendants et expérimentaux. Les boîtes de nuit, dont les pionniers étaient Zeleste et Màgic, complétées par des galeries d’art et des antiquités qui tournent autour de la rue de Montcada, font de La Ribera un quartier dédié à la spécialisation des services de loisirs.

Attractions principales Profitez des attractions de la vieille ville, des espaces urbains, du patrimoine culturel et architectural, des espaces naturels, des musées, des centres de loisirs et de loisirs, des centres d’études, des propositions commerciales ou sportives et bien plus encore.

Carrer de la Portaferrissa Carrer de La Portaferrissa est une rue animée et emblématique du centre historique de la ville de Barcelone. Il s’étend de La Rambla à la Plaça de la Cucurulla, d’où naissent la rue du même nom et la Carrer dels Boters. Dans le passé, la rue était très bruyante et sale, car elle était principalement occupée par des serruriers qui travaillaient souvent dans la rue, ce qui a entraîné des plaintes répétées de la part des résidents du Consell de Cent.

Selon l’ethnologue Joan Amades, la rue a été construite sur un chemin qui longeait la Barcelone primitive au détour du mont Tàber. Les citoyens ont respecté ces itinéraires traditionnels lorsqu’ils se sont installés à l’extérieur des remparts romains. Le nom de la rue est donné par le portail médiéval de la Ferrissa qui se trouvait au bout de la rue et qui était l’une des huit entrées du deuxième mur de Barcelone. Ce portail a été construit vers 1260 lorsque le mur de la Rambla a été érigé. La porte était fortement clouée et comportait des fers qui servaient de modèle pour la « canne » et pour barres de mesure longitudinales particulières contrastées. Ces solides de fer ont motivé le fait que déjà dans un document de 1374, une auberge près de la « porte de fer » était mentionnée ; par conséquent, le nom du portail remonte au moins au XIVe siècle.

En 1680, le recteur de l’église de Bethléem demande au Conseil des Cent de déplacer la fontaine au début de la Carrer del Carme, installée en 1604, afin de construire une chapelle dans l’église. L’organisation a finalement approuvé le changement de lieu et se trouve depuis au début de la rue Portaferissa. La fontaine, du même nom, est devenue bondée depuis des siècles en tant que point de collecte d’eau. Le motif en céramique présent aujourd’hui est l’œuvre de Joan Baptista Guivernau et a été accompagné d’un récit historique de la fontaine par Pere Voltes en 1959. La fresque représente l’agitation quotidienne du Portal de la Ferrissa au XVIIIe siècle et l’image de Sant Josep Oriol est incluse en haut au centre. Au milieu du XVIIIe siècle, un petit étable vendant de l’anis et de l’eau sucrée a été installé à côté de la fontaine, ce qui a connu un grand succès ; cette pratique s’est répandue dans de nombreuses fontaines de la ville. Au fil des ans, cette cabane a finalement été installée dans un magasin attenant avec sortie vers La Rambla et a été maintenue jusqu’au XIXe siècle.

rue Pelai La Calle Pelayo est une rue de la ville de Barcelone qui marque la frontière entre les quartiers de Ciutat Vella et de l’Eixample. Il part de la Plaça de la Universitat et atteint la Plaça de Catalunya. Le nom fait référence au roi Pelai des Asturies. C’est l’une des principales rues commerçantes de la ville. Au numéro 54 se trouve la construction des entrepôts de Damiens (plus tard El Siglo, et actuellement C&A), réalisée en collaboration avec Eduard Ferrés, Lluís Homs et Ignasi Mas (1915). Dans la rue se trouvait le siège du journal La Vanguardia, aujourd’hui transformé en hôtel.

Avinguda del Portal de l’Angel Portal de l’Angel, est une rue piétonne de Le quartier gothique de Barcelone. L’avenue part de la Plaça de Catalunya et se termine à la Carrer de Cucurulla, qui continue son parcours jusqu’à la rue de la Portaferrissa. Ils comprennent l’ancien portail de l’Ange et la place de Santa Anna. C’est actuellement l’une des principales rues commerçantes de la ville et il y a un grand nombre de magasins et de bâtiments appartenant à des multinationales et à de grandes entreprises. Son nom vient de l’ouverture de l’un des portails de la ville de Barcelone. Il a porté différents noms : Puerta del Ángel ; PL. Santa Ana (rejoint) ; Fivaller, avant 1865 ; et Porta dels Orbs à l’époque médiévale.

Au Haut Moyen Âge, cette zone se trouvait en dehors des remparts romains et du comté, et à travers cet endroit, un ruisseau coulait, qui se tordait pour passer devant l’église d’El Pi et se déversait dans le Cagalell ou Merdançar (celui qui longeait les Ramblas et fut ainsi nommé parce que toutes les eaux usées et la peste finissent par là), et l’une des routes qui ont quitté la ville du portail de l’évêque l’a traversé. Vers le Xe siècle, lorsque les banlieues — les nouveaux villages — se sont formées à l’extérieur des murs, la construction a commencé autour de la route, dans ce qu’on appelait Vilanova dels Arcs et lorsque le mur du XIIIe siècle a été construit, un portail a été ouvert ici appelé « dels Orbs « parce que les aveugles se sont retrouvés là, et toutes sortes de pauvres et misérables, qui vivaient dans des cabanes non loin de là.

Plaça Reial Le Royal Plaza est situé à côté des Ramblas, dans la vieille ville de Barcelone. Il a été ainsi nommé parce qu’il était destiné à être dédié au roi Ferdinand VII, qui a régné pendant la période de construction, et également à glorifier la monarchie. C’est l’un des plus distingués de Barcelone. Il est situé au bas de la Rambla sur la gauche et est l’une des rares places portiques de la ville, ce qui lui donne du caractère et la rend exceptionnelle. Il est bordé par la Rambla dels Caputxins, la Carrer de Ferran, la Carrer de Colom et la Carrer d’Escudellers. Il se réunit également le premier passage couvert réalisé à Barcelone, celui de Bacardí, pas très bien conservé. Au début, avant sa construction, on pensait qu’elle s’appelait « Place des héros espagnols », mais après quelques années avec différentes options de construction et en raison de l’absolutisme mis en œuvre par Ferdinand VII, il a été ordonné d’éliminer tous ces noms de rues et de places liés au libéralisme.

C’est un lieu qui communique avec la Rambla le long de la rue de Colom et, par Passatge de Madoz, dans la rue de Ferran, dans un espace qui avait laissé le couvent des Capucins confisqué. En 1848, le conseil municipal organise un concours public remporté par l’architecte Francesc Daniel Molina Casamajó, formé à La Llotja et à l’Académie des Beaux-Arts de San Fernando. La place a un plan rectangulaire avec des portique, construite entre 1848 et 1960, et est devenue l’un des projets les plus importants de l’architecte, très actif dans la ville de Barcelone avec d’autres projets.

Le La place néoclassique est une version de la traditionnelle « Plaça Major » espagnole reliée par des rues et des passages qui mènent à la Rambla, à la Carrer d’Escudellers et à la Carrer de Ferran. Les façades des bâtiments sont de style élisabéthain ; les balcons alternent avec les pilastres du rez-de-chaussée avec des arcades. Dans l’entablement, on trouve un grenier légèrement en retrait où la corniche est une balustrade. Cet ordre de façades n’est rompu que par le Passatge de Bacardí, le premier hangar de Barcelone et le Passatge découvert par Madoz. Une fontaine en fer de la maison Durenne à Paris, appelée Les Trois Grâces, a été placée au centre de la place, mais selon le projet original, une sculpture de Ferdinand le Catholique a été commandée à Josep Piquer. Sur la place, nous ne trouvons aucune référence à la royauté espagnole, mais elle a d’abord rendu hommage à la royauté et Elizabeth II a posé la première pierre. Sur la place se trouvent également deux lanternes centrales conçues par Gaudí et un ensemble de palmiers arbres.

Place du Roi La Plaça del Rei est l’un des lieux les plus emblématiques de la ville de Barcelone, situé dans le quartier gothique. Il conserve le plan rectangulaire résultant du projet d’urbanisation réalisé sous le règne de Martí l’Humà, dans la seconde moitié du XIVe siècle. Ce projet visait à créer un lieu allongé où des tournois pourraient être organisés et ainsi éliminer le marché qui s’y déroulait traditionnellement. La Plaza del Rey a été le siège historique du comté et le pouvoir royal de la ville.

Il s’agit d’une place monumentale, entourée de bâtiments gothiques et Renaissance et fermée de tous les côtés sauf à l’extrémité sud-ouest, où elle communique avec la cathédrale par la descente de Santa Clara et la rue de la librairie par la rue del Veguer. Au nord, se distingue la façade du palais royal gothique, avec la tour du Mirador del Rei Martí à l’extrême gauche, d’où l’on peut avoir une vue magnifique sur le Moyen Âge ville. Sur la droite, les marches menant au Saló del Tinell et à la chapelle de Santa Àgata, dont la façade ferme la place du côté est. Le côté sud-est abrite la maison Padellàs, qui abrite le musée d’histoire de Barcelone, une maison gothique qui a été déplacée ici depuis la rue des Mercaders lors de l’ouverture de la Via Laietana. Le côté ouest est occupé par le Palau del Lloctinent Renaissance, datant du XVIe siècle.

À l’extrémité sud-est du lieu se trouve la sculpture Topos V, d’Eduardo Chillida. Dans ce même espace, il y avait pendant de nombreuses années l’une des colonnes du temple d’Auguste, que l’on peut maintenant visiter dans la cour du Centre Excursionista de Catalunya, dans la rue du Paradis. En raison de sa structure presque fermée et de son son, c’est un lieu où des concerts de musique et d’autres spectacles sont traditionnellement organisés.

Rambla del Raval La Rambla del Raval est un boulevard de Barcelone situé dans le quartier du Raval, dans le quartier de Ciutat Vella. Malgré son nom, il n’a pas d’origine dans un cours d’eau qui traverse la zone. Le boulevard est un espace de création récente, il a été créé à partir du plan central du Raval de Ciutat Vella, dans ce quartier il y avait des maisons. Il comprend les rues de Sant Jeroni et de La Cadena, qui sont intégrées dans le nouvel espace.

Palais de la Generalitat de Catalogne Le Palau de la Generalitat est le siège de la présidence de la Generalitat de Catalunya. Comme celui de Valence, c’est l’un des rares bâtiments d’origine médiévale en Europe qui reste le siège du gouvernement et de l’institution qui l’a construit, la Generalitat de Catalunya. Il est situé dans le quartier gothique de la ville de Barcelone, sur la Plaça de Sant Jaume, en face de la Casa de la Ciutat. Le Palau de la Generalitat est l’un des symboles les plus précieux de la Catalogne, entre autres parce qu’il a réussi à surmonter les contingences historiques et politiques et parce qu’il est érigé, avec le Parlement des Palaos, dans un bastion de la démocratie en Catalogne.

L’ancien bâtiment faisait partie du quartier juif de Barcelone. Il s’agissait du regroupement de biens d’origine juive, dont celui du financier et poète juif Moixé Natan et des maisons appartenant au physicien, médecin et chirurgien juif de Banyoles Bonjuhà Cabrit. Lors du pillage des Juifs qui ont souffert en 1391, il est passé entre les mains du fils d’un trésorier royal. Plus tard, il a été acquis par le bureau de change Pere Brunet, qui l’a finalement vendu à trois députés le 3 décembre 1400 pour former la Diputació del General de Catalunya.

Il a eu l’entrée par la rue de Sant Honorat et a atteint la rue Bishop’s, où se trouvait un verger. Au XVe siècle, d’autres bâtiments ont été progressivement acquis : vers l’actuelle Plaça de Sant Jaume, quelques maisons de l’apothicaire Esteve Satorre ; et sur le côté nord, la bande la plus proche de la cathédrale.

Hôtel de

ville de Barcelone Le conseil municipal est l’une des quatre administrations publiques avec la responsabilité politique de la ville de Barcelone, aux côtés du gouvernement de l’État d’Espagne, de la Generalitat de Catalogne et du Conseil provincial de Barcelone. Il a ses origines historiques dans le Concile des Cent. Depuis 1979, ses dirigeants politiques sont élus au suffrage universel par les citoyens de Barcelone ayant le droit de vote, lors d’élections qui ont lieu tous les quatre ans. Son maire actuel est Ada Colau i Ballano, qui dirige une équipe gouvernementale minoritaire composée de la coalition barcelonaise à Comú. Colau a remplacé Xavier Trias début juin 2015, devenant ainsi la première femme à obtenir la mairie de la ville. Le conseil municipal a son siège à la Casa de la Ciutat, sur la Plaça de Sant Jaume à Barcelone, juste en face du Palau de la Generalitat de Catalunya.

Le conseil municipal de Barcelone est une institution qui remonte au règne de Jacques Ier, en 1249, lorsqu’un Conseil des Nobles a été nommé qui, avec l’Assemblée des citoyens, s’occupait des affaires d’intérêt de la communauté et le bon gouvernement du territoire de Barcelone. En 1284, le privilège Recognition Proceres codifie toutes les coutumes valables pour Barcelone et son territoire, ainsi que le Consell de Cent en tant qu’institution dirigeante de la ville. Cette institution a évolué au fil des siècles avec les événements politiques, sociaux, économiques et juridiques de la Catalogne et de l’Espagne jusqu’à la fin de la guerre de succession d’Espagne, lorsque Philippe Vhe a annulé l’organisation des conseils ou universités catalans avec le décret d’une nouvelle usine pour constituer le régiment ou le conseil municipal.

Cette nouvelle forme de régime local a été abolie, avec les autres institutions d’origine féodale, par les Cortes de Cadix de 1812, qui ont donné une nouvelle configuration aux conseils constitutionnels, et par des réformes successives et des lois qui ont affecté l’organisation locale et ont été décrétées tout au long du XIXe siècle jusqu’au Statut municipal de Primo de Rivera (1924), qui a conduit à la récapitulation de des réformes administratives du premier quart du XXe siècle et a accordé un nouveau corpus normatif à l’administration locale, qui serait de l’ère franquiste.

Maison de ville La Casa de la Ciutat de Barcelona est le bâtiment et le siège de la mairie de Barcelone. Il est situé dans le centre historique de la ville, sur la Plaça de Sant Jaume, en face du Palau de la Generalitat de Catalunya. Sa construction s’est déroulée sur plusieurs siècles. Sa façade principale, située sur la Plaça de Sant Jaume, date de 1847 ; son origine remonte à 1369, année du début de la construction du Saló de Cent.

Le bâtiment est un palais. Sa façade principale est de style néoclassique et a été conçue par Josep Mas i Vila, et la façade donnant sur la rue Ciutat est de style gothique, créée par Arnau Bargués. La cour intérieure, également de style gothique mais avec des traces de la Renaissance, date de 1391 et présente plusieurs sculptures d’auteurs tels que Josep Llimona, Joan Miró et Josep Clarà. D’autres salles remarquables sont la salle des cents, la salle des chroniques, la salle de la reine régent et la chapelle du bon conseil.

La cathédrale de Barcelone La cathédrale Santa Creu i Santa Eulàlia est la cathédrale gothique de Barcelone, siège de l’archidiocèse de Barcelone. La cathédrale a été construite aux XIIIe et XVe siècles sur le même site où se trouvait une cathédrale romane, et plus tôt encore une cathédrale paléochrétienne. La façade, de style gothique et moderne (XIXe siècle). Le bâtiment est un bien d’intérêt culturel et, depuis le 2 novembre 1929, un monument artistique historique national.

La cathédrale est dédiée à la Sainte Croix, sa principale dévotion, et à Sainte Eulalie, patronne de Barcelone, une jeune vierge qui, selon la tradition chrétienne, a subi le martyre à l’époque romaine. La dédicace du temple à la Sainte Croix, très inhabituelle, est l’une des plus anciennes du monde chrétien et remonte probablement au milieu du septième siècle. La consécration à Sainte Eulalie est connue depuis 877, lorsque Mgr Frodon a localisé les restes du saint et les a solennellement transférés dans la cathédrale.

Parcs et jardins Ciutat Vella est le centre de Barcelone et, pour cette raison, ne dispose pas d’un large éventail d’espaces extérieurs. Cependant, le parc de la Ciutadella, le parc de la Barceloneta, le parc des cascades et les jardins de Sant Pau del Camp sont des endroits idéaux pour se promener et profiter du quartier.

Plages Ciutat Vella et Sant Martí sont les deux seuls quartiers de la ville à avoir des plages. Ciutat Vella possède quatre grandes plages qui, ensemble, représentent une superficie de 2 024 mètres. Les plages de Ciutat Vella sont Sant Sebastià, Sant Miquel, Barceloneta et Somorrostro. La Barceloneta est la plage la plus ancienne et la plus traditionnelle de Barcelone. De plus, il dispose d’un espace pour les personnes bénéficiant d’un service d’assistance aux toilettes. Les quatre plages sont équipées de douches, de toilettes publiques, de services adaptés et de nombreux autres équipements pour rendre la journée au plage plus facile.

Plage de San Sebastian. Située à l’ouest de la ville de Barcelone, elle est, avec la Barceloneta, la plage la plus ancienne et la plus traditionnelle.

Plage de Sant Miquel. Situé entre les plages de Sant Sebastià et de Barceloneta, il doit son nom à l’église de Sant Miquel del Port, construite en 1755.

Plage de

la Barceloneta. Il est situé entre le brise-lames de gaz, également connu sous le nom de brise-lames de Genève, et la plage de Sant Miquel.

Plage de Somorrostro. Longue d’environ 522 mètres, la plage de Somorrostro est située entre le brise-lames de gaz et la jetée de LaMarina.